L’omnicanal 1/3

C’est se mettre le doigt dans l’œil que de penser que la simple multiplication de la diffusion de l’offre sur différents canaux et supports, suffira à développer son business. 
En effet, à l’heure où le client attend une vraie expérience autour de son achat, un manque de cohérence, de pertinence, l’absence de vision transversale des campagnes “omnicanal” ou considérées comme telles, génèrent une forte insatisfaction auprès de ce dernier. 
L’objectif d’aujourd’hui est de pouvoir permettre au client, une continuité dans l’acte d’achat grâce à ce qu’on appelle l’omnicanal ! Alors pour faire évoluer son site e-commerce vers un canal générateur de performances, il est nécessaire de comprendre quelques points essentiels …

1- Rappel des bases

Multicanal vs Omnicanal

Première distinction simple entre ces deux mots barbares : le mot “multi” signifie “plusieurs” alors que le terme “omni” signifie “tous”. 
Adopter une stratégie multicanal revient donc à utiliser le maximum de canaux pour diffuser un message auprès de vos clients. Alors que l’omnicanal consiste à fusionner les canaux pour unifier l’expérience client. Il ne s’agit pas seulement de proposer plusieurs canaux, ni de faire en sorte qu’ils soient complémentaires, mais d’aller plus loin en cherchant à offrir au client une expérience globale, unifiée et indolore. Les services qui sont proposés en magasin le sont aussi en ligne : il n’y a pas de différence entre les canaux. Le digital et le physique ne font plus qu’un.

Prenons un exemple, vous souhaitez fidéliser vos clients autour de votre marque et/ou de vos produits. Pour cela vous pouvez utiliser différents canaux comme la publicité print, vos points de vente physique, votre eshop, les réseaux sociaux, les campagnes d’emailing …
Avec une approche multicanale, l’objectif est de diffuser votre message en utilisant le plus grand nombre possible de canaux (en veillant à la bonne cohérence et pertinence de ceux-ci avec vos cibles bien sûr). Toutefois cette stratégie n’est pas automatiquement axée sur la transmission d’un message unique sur plusieurs points de contact. Par exemple, sur les réseaux sociaux vous allez pousser à l’achat online grâce à un code promo. Alors que via votre campagne print vous proposez une réduction valable en boutique. 
La stratégie omnicanale se réfère surtout à la vente multicanale et intégrée en partant du constat que les consommateurs utilisent en permanence différents canaux. Le fameux code promo facebook pourra être utilisé également en boutique tout comme la promotion boutique 1 article acheté le 2ème à -50% que l’on retrouve également sur le site marchand. La vente s’adapte au client et non plus l’inverse.

Une stratégie omnicanale cherche à tirer profit des fonctionnalités et des possibilités de tous les canaux pour offrir une expérience client unique. Dans une société focus customer centric, l’omnicanalité est la base pour la réussite de votre business.

ATAWAD/SOLOMO

Il est essentiel de garder à l’esprit que le client est ATAWAD et à la fois SOLOMO.
Pour bien comprendre ces deux acronymes :
ATAWAD = AnyTime, AnyWhere, AnyDevice 
Le client se connecte à la marque à tout moment, n’importe où et à partir de n’importe quel appareil (smartphone, ordinateur portable, tablette, montre connectée …)
SOLOMO = SOcial, LOcal, MObile 
Le consommateur utilise les réseaux sociaux, recherche les points de vente à proximité à l’aide de la géolocalisation. Il se rend directement en boutique mais peut aussi recevoir les offres, catalogues et commander par téléphone ou sur Internet. Il faut donc faire interagir tous ces différents canaux et l’e-commerce reste aujourd’hui, l’un des éléments essentiels de l’environnement omnicanal d’une marque. 
Le commerçant d’aujourd’hui se doit pour la réussite de son business, de tenir compte de ce nouveau paradigme et mettre en œuvre les possibilités offertes par la digitalisation de son entreprise, pour garantir à ses clients une satisfaction à 100%.

2 – Le Big Data

Vous l’aurez bien compris, une parfaite connaissance du client est essentielle. 
C’est pourquoi un des objectifs de toute entreprise est de recueillir de l’information sur ses clients. Leurs comportements, leurs goûts, leurs habitudes d’achat, leur attachement à la marque : toutes les données collectées permettront de mettre en œuvre une campagne adaptée, ciblée, segmentée réellement orientée vers les besoins et attentes du client. On est ici dans ce qu’on appelle plus communément le Big Data. 

Le Big Data est un enjeu de premier ordre pour l’entreprise omnicanal et contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’est pas un sujet purement technique. Il nécessite une vision business qui embarque toutes les parties prenantes (IT forcément, marketing, relation client, vente …). La masse de données collectées au fil du temps est une véritable matière première pour pouvoir passer le bon message, au bon moment, au bon client avec les canaux les plus adaptés et les plus rentables afin d’atteindre vos objectifs. 
Mais le Big Data représente un ensemble de données beaucoup trop vaste et désordonné pour les exploiter de manière immédiate. Un traitement approfondi est nécessaire et est très souvent réalisé par un Data Scientist, pour transformer à coup sûr le concept “Big Data” en outil “Smart Data”. 

Côté technique, il est préférable d’éviter les méthodes trop lourdes et rigides, bien souvent liées à une solution développée en interne. Les solutions Open Source comme Biron Data, Boryl ou encore Splunk sont à privilégier voire fortement recommandées.

3- l’e-CRM

L’e-CRM (e-Customer Relationship Management) est l’outil indispensable pour l’e-commerçant focus customer centric. La clef de cette relation personnalisée : la donnée ! 
Meilleure sera la qualité de l’information récoltée, meilleurs seront les résultats obtenus. Par quel canal le client est-il entré ? Les réseaux sociaux sont-ils davantage une source d’acquisition que de fidélisation ? Utilise-t-il l’application mobile pour finaliser ses achats ?…
En récoltant un maximum de données sur son comportement d’achat, ses préférences, ses habitudes … il sera alors possible d’établir une relation de qualité, durable, basée essentiellement sur les besoins et attentes du client ou du prospect !

Le choix et la mise en place d’un tel outil se fait dès lors que les profils comportementaux ont été identifiés mais aussi en fonction de la taille et du volume des données disponibles et recueillis. Il faut impérativement définir en amont le type de données à exploiter pour ne conserver que celles qui sont pertinentes et utiles : trop de données tue la donnée ! L’enrichissement de celles-ci est un travail quotidien à ne surtout pas négliger.

Côté technique de très bons outils existent et pour la plupart, s’adaptent parfaitement à la taille de l’entreprise. On retrouve la solution Adobe Campaign, Zoho CRM ou encore Salesforce CRM
Attention : un outil tel qu’un e-CRM est participatif et engage l’ensemble de l’entreprise. Proposer une formation aux utilisateurs est bienvenue surtout pour s’assurer de la qualité des contenus.

Conclusion

Parce que le thème de l’omnicanal ne peut se traiter sur un seul article, ce premier chapitre rappelle le cœur même de ce concept. Le client est l’élément central qu’il faut comprendre, analyser, fidéliser afin de le conquérir (son cœur à lui). 
Alors que la DATA est la première clef, les outils comme l’e-CRM n’en sont pas moins importants pour pouvoir exploiter celle-ci. Dans le second volet du mois de juin, nous aborderons le sujet du web to store, web in store et le click and collect afin de rentrer dans le vif de l’action. 
Pour ne pas en perdre une miette, inscrivez-vous à notre newsletter 🙂

Retour d’expérience
-LETSEAT-

Sébastien TERRE I Président & fondateur

LETSEAT SAS conçoit et développe différentes solutions e-commerce de commande de produits et de service. La genèse même de LETSEAT est de réunir sur une seule plateforme, consommateurs (demande) et établissements alimentaires (offre), tout en maximisant les frais. 

De là ont vu le jour les solutions LIVRAIZON – 1ère solution de commande de produits & services proposant la réception de la commande sur place, à emporter ou en livraison. Et la solution LIAIZON, solution de livraison à la demande pour réserver à tout moment votre coursier particulier.

Et parce que nous eu avons le plaisir de faire partie de l’aventure LETSEAT, nous souhaitons confier le micro à M. Sébastien TERRE – président & fondateur – pour qu’il vous raconte SON expérience TBD

Letseat : Trouvez votre plaisir du jour I www.letseat.fr

1ère partie

Petit questionnaire de Proust pour mieux vous connaître.
Objectif : Répondre spontanément aux points ci-dessous en quelques mots ou une phrase maximum.

  • Votre premier geste le matin en arrivant au bureau
    Dire bonjour à l’ensemble des collaborateurs sur Discord car la majorité travaillent à distance.
  • Dans votre journée de travail la tâche la plus agréable
    Valider la bonne fonctionnalité des nouveautés des sites et applications en production.
  • Et la tâche la plus désagréable
    Devoir provoquer un entretien de licenciement.
  • La qualité que vous recherchez chez les autres
    La réactivité.
  • Votre pire angoisse professionnelle
    Licencier.
  • Votre meilleur souvenir professionnel
    Embaucher car c’est faire de belles rencontres, et voir aussi l’évolution des salariés en interne. Par exemple, nous avons accueilli un salarié qui a commencé chez nous en contrat d’intérim en tant que livreur, pour aujourd’hui être responsable commercial en CDI. Un autre, qui a commencé en tant que stagiaire pour continuer en alternance, puis en CDD et enfin en CDI !
  • Qu’avez-vous fait avec votre tout premier salaire
    Achat d’une moto 50cm3, j’avais 15 ans à l’époque.
  • Votre occupation, hobby préféré
    Etant jeune papa, jouer avec mon fils Gaston 😊
  • L’autre métier que vous auriez aimé exercer
    Avocat. Pourquoi ? Car depuis que j’ai créé la société j’ai dû m’entourer d’avocats pour répondre aux problématiques juridiques du secteur et j’avoue que jongler avec les subtilités de la loi pour répondre à chaque besoin, représente un réel challenge/enjeu.
  • Un inventeur, un scientifique ou une personne connue pour illustrer un nouveau billet de banque
    Steve JOBS qui est à la fois un visionnaire et un vrai leader capable de piloter la technique et l’humain, pour faire d’un projet, un succès planétaire.
  • Quelle est la technologie qui vous passionne
    En ce moment, je dirais la réalité augmentée.
  • Votre devise ?
    L’euro 😉 mais sinon « Il n’y a que celui qui ne fait rien qui ne se trompe jamais » je dirais.
« Transparence et franchise : 2 qualités que j’apprécie personnellement et qui étaient au rendez-vous chez TBD. » Sébastien Terre

2ème partie

Questions sur votre activité et votre collaboration avec TBD Group.
Objectif : Pas de limites de mots : vous pouvez tout nous dire 🙂 Le but étant de pouvoir connaître et évaluer votre niveau de satisfaction que ce soit dans la solution apportée, que dans les échanges relationnels.

1- Le contexte

  • Décrivez-nous votre activité en quelques lignes.
    LETSEAT SAS développe différentes solutions e-commerce de commande de produits & services dont les principales sont Livraizon (première solution de commande de produits et services « sur place », « à emporter » et « en livraison ») et Liaizon (solution de livraison à la demande).
  • Quels sont les défis à relever aujourd’hui dans votre activité ?
    Se faire connaître et promouvoir notre nouveau modèle économique de marketplace en mode achat-revente sans intermédiaire.
  • Comment la solution TBD Group vous aide-t-elle à relever ces défis ?
    TBD a su intégrer un outil de paiement spécifique à notre activité nous permettant d’avoir un gain de temps niveau facturation.

2- La collaboration LETSEAT – TBD Group

  • Quel a été l’élément déclencheur qui a permis notre collaboration ? L’échange avec l’expert technique Gérald, que je remercie une nouvelle fois pour son engagement dans le projet.
  • Aviez-vous des craintes avant la mise en place de la solution et étaient-elles fondées ?
    Quelques doutes sur les délais de mise en place uniquement car le projet est tripartite. Donc oui celles-ci étaient fondées car nous n’avons pas tous la même réactivité.
  • Avez-vous apprécié la relation commerciale au moment de la phase de choix ?
    Oui de la transparence et de la franchise, 2 qualités que j’apprécie personnellement et qui étaient au rendez-vous chez TBD.
  • Un mot, adjectif ou verbe pour décrire la qualité de notre prestation Soignée.

3- Les bénéfices

  • Et aujourd’hui comment ça se passe ?
    La solution apportée est toujours en place et fonctionnelle.
  • Quel est votre état d’esprit à l’instant présent ?
    Optimiste sur l’avenir.
  • Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans la solution ?
    La souplesse de celle-ci permettait d’évoluer en même temps que notre activité.
  • Qu’est-ce qui vous plaît le moins ? Que voudriez-vous voir comme amélioration ?
    Le manque de visibilité sur les actions menées de manière automatique.
    L’amélioration serait la création automatique d’avoirs lorsqu’un remboursement est effectué.
  • Que feriez-vous si on vous enlevait cette solution ?
    Nous devrions faire manuellement les factures client & fournisseur en plus d’effectuer les paiements fournisseurs. Une vraie perte de temps !
  • Et si vous deviez résumer notre collaboration en quelques mots…
    Professionnelle et réactive ! L’équipe TBD a su nous aider dans notre développement technique.
  • Nombre d’étoile pour connaître votre niveau de satisfaction : ⭐⭐⭐⭐⭐ (une étoile étant la note minimale, cinq étoiles la note maximale)
  • Recommanderiez-vous TBD Group à vos relations professionnelles ?
    Oui à 100%

PIM/DAM on fait le point pour vous.

Toute entreprise devrait capitaliser sur ses données. Qu’il s’agisse de données produit, clients, employés, fournisseurs… cette donnée doit être exploitable, réutilisable, évolutive, valorisable et sécurisée en temps réel.  Une bonne gestion de votre DATA vous permettra d’en faire un allié de taille pour votre e-business (performance commerciale, positionnement fort avec une image de marque homogène, meilleure gestion au quotidien, analyse des résultats …).

Mais pour que cette DATA devienne une vraie mine d’or, il est primordial de la centraliser, l’organiser et la mettre à jour, pour que chaque partie prenante puisse l’utiliser à bon escient.
Alors il existe un amoncellement d’outils “magiques” qui vantent le pouvoir de révolutionner votre e-business. Avec notre partenaire MaPS System nous avons souhaité rester réalistes et efficaces, en vous parlant concrètement de PIM et de DAM.

PIM

Définition

Quand vous entendez le mot PIM vous pensez à un gâteau ? Hélas, nous ne parlons pas de la même chose. En E-commerce, lorsque l’on parle de PIM, Product Information Management, nous parlons d’une solution qui permet de gérer toutes les données relatives à la promotion et à la vente de produits. Par données, nous entendons la description, la taille, les dimensions, les couleurs, la matière…  Mais avant d’exploiter ces données, il faut tout d’abord les importer et donc remonter à leur origine. Généralement, elles émanent de différentes sources ou bases de données tel qu’un ERP, ou un CRM. Le PIM va donc permettre de collecter et centraliser les données, afin d’en obtenir une version unique, qui seront alors disponibles en interne (collaborateurs) et en externe (fournisseurs, graphistes, traducteurs…).

Pour quels besoins

Toutes les entreprises n’ont pas besoin de PIM. En effet, si vos gammes de produits sont très restreintes, investir dans une solution PIM n’est pas nécessaire. Le but du PIM est de centraliser et structurer la masse d’informations au sein d’une seule et même source de référence. D’une pierre deux coups, cela vous permet également de faciliter la mise à jour de vos données mais aussi de pouvoir vérifier et diffuser facilement les informations produit. Une même plateforme rassemble toutes les données utiles aux différents services qui composent votre entreprise malgré les mises à jour que ces données ont subis dans le temps. Ainsi, cela permet également de simplifier les échanges avec vos acteurs externes comme vos fournisseurs ou distributeurs tout en adaptant l’information en fonction des canaux utilisés. L’information sera alors contrôlée et la qualité améliorée.

Comment ça fonctionne ?

Investir dans une solution PIM permet de faire le lien entre vos informations produit contenues dans vos diverses systèmes tels que vos ERP ou les classiques fichiers EXCEL pour ensuite permettre d’organiser toutes ces informations dans un modèle unique et uniforme. Ce référentiel regroupant toutes vos données produit, va être accessible de manière sécurisée en interne (collaborateurs) comme en externe (fournisseurs). Le travail est alors simplifié puisque la même version des informations est accessible à tous et l’aspect collaboratif devient plus facile grâce à la mise en place de workflows automatisés. Autre aspect simplifié grâce à cette même et unique source, est la gestion puis la diffusion de contenus produit vers vos divers canaux tels que le print, web, ou encore en point de vente.

Quelles données sont gérées ?

Avec une solution PIM, nous pouvons gérer uniquement les données dites froides. Ces dernières ne changent pas fréquemment et perdurent dans le temps à l’inverse des données chaudes qui sont susceptibles de changer de manière régulière. Parmi les données produit gérées par un PIM, nous retrouvons : 

  • Les caractéristiques générales (le libellé, les références, les stocks (SKU) …).
  • Les caractéristiques spécifiques (les dimensions, les coloris, la composition des produits …).
  • Les caractéristiques marketing (les avantages du produit, les avis clients …).
  • Les caractéristiques logistiques (le poids (brut et net), les dimensions des colis, les moyens de livraison …).

Quels métiers sont concernés ?

Une des missions principales du PIM est de permettre d’avoir un véritable travail collaboratif entre les équipes. Plus qu’un simple document partagé, il fédère autour d’une même source tous les usagers susceptibles de changer ou d’ajouter des références, compléter et enrichir des fiches produit ou encore d’ajouter des visuels tels que des images ou vidéos.

Une solution PIM est au service de plusieurs métiers : 

  • E-commerce : Optimiser ses fiches produit en les enrichissant de données de qualité procure un impact direct sur les ventes. Les collaborateurs vont devoir se référer à ces contenus et travailler le SEO afin de donner de la visibilité à la marque.
  • IT : ici, le rôle est plutôt rapporté à la sécurité. En effet, il faut s’assurer que les données sont structurées de manière claire et ordonnée et qu’elles circulent bien vers les canaux voulus.
  • Marketing : un véritable travail de contextualisation s’opère. En fonction de la saisonnalité, du pays ciblé, de la langue parlée dans ce pays, de la devise utilisée, les données ne vont pas être les mêmes et requièrent une attention particulière. Cela permettra à l’organisation de proposer une expérience produit plus personnalisée et cohérente.
  • Communication : les équipes dédiées à la communication s’occupent généralement de la diffusion vers les canaux choisis notamment les catalogues papier. Leur objectif est de réduire les coûts tant dans l’investissement financier qu’humain.
  • Digital : la personne chargée du digital va s’occuper de rendre plus facile la création des données, leur évolution ainsi que la gestion de leur qualité.
  • Acheteur : enfin, cette dernière typologie de métier a pour rôle de faciliter l’intégration des différents fournisseurs ainsi que la cohérence de l’offre proposée.

DAM

Définition

Le DAM (Digital Asset Management) permet de regrouper, organiser, stocker et partager en toute sécurité l’ensemble des contenus médias (Digital Assets) de l’entreprise.

De l’équipe marketing, communication, aux équipes commerciales, le DAM est une solution indispensable pour accélérer la performance et la productivité intra et inter-sociétés. De plus en plus plébiscité, il répond parfaitement à l’explosion des contenus digitaux liée aux pratiques de content marketing mais également à la tendance à digitaliser les contenus papier.

Pour quels besoins ?

La mise en place d’un DAM répond à de nombreux besoins comme :

  • la centralisation des actifs numériques pour mieux contrôler leur utilisation et notamment en externe (distributeur, partenaire, filiales …).  
  • l’amélioration de la gestion de la bibliothèque de produits. Même en ayant une organisation à toute épreuve, il est toujours difficile de gérer les bibliothèques d’images surtout quand on compte plusieurs intervenants. Il suffit d’un fichier mal répertorié pour frôler la catastrophe. Une bibliothèque DAM bien organisée est un gain de temps indéniable. Bien évidemment la gestion des accès est possible et à des niveaux différents. 
  • l’homogénéisation de l’image de marque avec l’utilisation des mêmes contenus pour tous,  aussi bien pour une utilisation online, qu’offline (PLV). 
  • l’utilisation et le partage des contenus grâce à une indexation claire et précise. Vous facilitez alors grandement le partage et la réutilisation de vos contenus. Il est possible d’étiqueter, indexer, récupérer et partager du contenu en utilisant des appellations claires et précises facilitant la recherche et le filtrage. 
  • une commercialisation accélérée de vos produits. Lors du lancement d’un produit ou encore de sa mise à jour, évitez de perdre des heures précieuses à rechercher la bonne description, la bonne photo … Si votre bibliothèque de données numériques est régulièrement actualisée,  alors mettre à jour votre site web et vos supports marketing se fera en un claquement de doigt. Un gain de temps considérable pour se consacrer à la promotion sur les réseaux sociaux ou encore préparer vos campagnes d’emailing.

Quelles données sont gérées ?

Parmi les données froides gérées dans une solution DAM, nous retrouvons toutes les données marketing telles que des vidéos, photos, infographies, catalogues… Plus communément, nous appelons ces données les Digital Assets.

Quels métiers sont concernés ?

Qu’importe l’entreprise et son secteur si celle-ci dispose d’une quantité importante de contenus multimédia, disposer d’une solution DAM peut devenir une véritable plus-value. Son usage n’est pas réservé à une typologie de métiers, plusieurs peuvent en éprouver la nécessité.

  • Communication & marketing : ces deux services sont de grands friands de médias pour les utiliser dans leurs actions. Une solution qui leur permet un accès centralisé facilite leur travail et le partage de ces données numériques avec l’externe comme les clients, prestataires ou encore fournisseurs. 
  • Équipes de création : pour réaliser les contenus à diffuser lors des actions marketing ou de communication, il est probable que l’entreprise fasse intervenir une équipe de création pour l’aspect visuel. Pour ce faire, ces collaborateurs ont besoin d’avoir accès aux ressources numériques qu’ils vont alors exploiter à leur convenance. Avoir une plateforme commune facilite le dialogue entre les équipes créatives ainsi que les équipes dédiées au marketing.
  • Partenaires : si l’entreprise travaille de manière récurrente ou non avec des prestataires, il est facile pour elle de partager ses fichiers et de faciliter leur compréhension. De manière contrôlée, il est simple de transférer ou de recevoir des données multimédia sans mettre en danger le reste des données importées précédemment dans la solution.
  • Distributeur ou revendeur : en fonction des produits, un distributeur peut exiger du fabricant des formats spécifiques de transmission concernant les données. En effet, en fonction du secteur, notamment l’industrie du bâtiment ou le secteur pharmaceutique par exemple, des formats spéciaux sont imposés concernant les fiches produit. Fabricants et distributeurs doivent donc travailler ensemble autour d’une même source pour éviter les mauvaises transmissions de données médias.

5 raisons d’intégrer une solution DAM dans votre PIM

Créer une véritable expérience client sur un site e-commerce passe également par la présence de médias. En effet, nous sommes nombreux à acheter un produit grâce aux photos ou vidéos qui présentent ce dernier. Disposer d’une solution DAM, a plusieurs avantages : 

  • Effacer les silos organisationnels : Dans une entreprise qui se passe d’une solution DAM, les ressources visuelles ne sont pas centralisées dans une même source. Il devient difficile pour les équipes notamment du marketing de gérer et de garder le contrôle sur ces éléments. 
  • Disposer d’une source unique : toutes les ressources numériques que détient une entreprise se retrouvent de manière sécurisée dans un lieu unique. Ce référentiel média unique va permettre aux usagers disposant d’un accès de pouvoir créer, organiser, utiliser encore et encore les Digital Assets qu’ils désirent. Ainsi, ces collaborateurs vont travailler sur une plateforme qui partage l’ensemble des visuels ajoutés précédemment tout en disposant d’une version récente et synchronisée.
  • Maîtriser les différents usages liés aux ressources numériques : Dans une solution DAM, toutes les ressources ne sont pas accessibles à tous. En effet, les utilisateurs ont la possibilité de rendre actif ce qui est accessible, modifiable ou non. Cela implique d’octroyer l’accès aux équipes présentes en interne mais également les membres externes comme les photographes ou encore les graphistes. L’organisation peut alors disposer d’une vue d’ensemble et ainsi réguler la conformité des médias qui doivent répondre à des exigences légales. Par exemple, les photos des mannequins disposent de crédit et ne sont pas diffusables à vie selon le contrat signé.
  • Organiser les ressources à une stratégie omnicanale : en adoptant des profils médias de façon personnalisée, les usagers peuvent, de manière automatique, adapter les Digital Assets en fonction des canaux de communication choisis sans avoir à modifier le fichier original. Cela implique les dimensions, la résolution, le poids du média etc.
  • Bénéficier d’un gain de temps : puisque toutes les ressources sont rassemblées dans une plateforme unique et sécurisée, le travail est alors facilité. Pour optimiser la productivité, des workflows sont intégrés afin de permettre aux équipes de pouvoir suivre les contenus de leur création dans la plateforme, à leur diffusion.

Conclusion

La DATA étant le nerf de la guerre de toute entreprise, sa gestion ne s’improvise pas.
Elle doit être réfléchie en amont pour anticiper les besoins à court, moyen et long terme et être au service de la performance de votre eshop pour en booster les ventes. Notre partenaire MaPS System ainsi que nos équipes sont à votre disposition pour échanger sur vos besoins, vos réflexions … et surtout pour relever le challenge de vos ambitions.

Le catalogue produit

Le catalogue produits est le cœur d’un site marchand. Véritable présentoir virtuel de vos produits, il doit être impeccablement pensé, présenté, organisé, répertorié, sous peine de passer à côté d’une vente. L’optimisation de celui-ci est un levier d’augmentation des commandes : meilleure visibilité, ventes additionnelles (cross-sell et up-sell), recherche plus rapide, satisfaction client améliorée, analyse statistique performante…
Il est le socle de votre activité.

Mais avant tout, qu’est-ce qu’un catalogue produits ?
D’un point de vue e-commerce, le catalogue produits regroupe trois notions clés, à savoir l’arborescence générale de la plateforme, l’ergonomie des pages catégories, et la pertinence d’une fiche produit.
Alors comment faire un bon catalogue produits ? Voici quelques bonnes pratiques à garder en tête.

Accès aux produits de votre site e-commerce

Les attentes d’un catalogue produit, côté client et e-marchand

Du point de vue client, le catalogue produits permet de visualiser l’ensemble de vos produits. Il est l’unique et seul “vendeur” sur votre site. Il se doit d’être à la fois pratique et attrayant : catégories claires, options disponibles, filtres préférences…
Meilleure est la navigation dans le catalogue, meilleure sera l’expérience client, ce qui favorise la vente. Lorsque le client navigue sur un site e-commerce, il a soit une idée précise, soit une idée approximative. Dans le premier cas, il utilisera le moteur de recherche pour cibler un produit en particulier, et dans le second cas il utilisera le menu pour accéder à la catégorie ciblée, pour ensuite filtrer les produits du catalogue.
Les filtres par défaut sont aussi une bonne astuce pour mettre en avant les produits les plus vendus ou encore les plus pertinents suite aux diverses recherches réalisées.

Du point de vue e-marchand, il est important de différencier la structure catalogue à destination des clients de celle utilisée en interne : les objectifs sont différents.

De la première visite du site à la satisfaction du client

Quel que soit le nombre d’articles que vous proposez, vous devez penser client et vous mettre à sa place. Il doit pouvoir comprendre la présentation de vos articles (par couleur, par saison, par type …) pour avoir un parcours d’achat fluide et rapide. L’arborescence d’un catalogue produit doit être mûrement réfléchie pour assurer qu’un visiteur du site devienne un client ; voire même un ambassadeur à terme de votre marque/société.
Pour rester simple et efficace il est fortement conseillé de ne pas dépasser 3 niveaux d’imbrication (ex : collection > gamme > type de produit)

Proposer des filtres poussés pour les articles à options

Vous proposez des articles avec options, déclinaisons (taille, coloris, finition, personnalisation …) : simplifiez la vie de vos clients en proposant de filtrer leurs recherches.
Cela boostera votre taux de conversion.
Vous pouvez également privilégier la qualité à la quantité, en réduisant le catalogue produits pour uniquement promouvoir les articles dignes d’intérêt. En effet sur amazon ou encore cdiscount, les produits intéressants sont trop souvent noyés au milieu d’articles similaires de basse qualité. Ce qui décourage l’acheteur potentiel ne trouvant pas ce qu’il avait en tête. Pour rappel, un client indécis est une opportunité d’upsell pour le marchand.
Note : Les avis clients constituent un filtre pertinent pour tout client hésitant.

D’un autre côté, les consommateurs décidés passent directement par le moteur de recherche. Equiper son site e-commerce d’un moteur de recherche est impératif mais attention il faut que celui-ci soit efficient et adapté à votre activité (ex: ElasticSearch sera très bon sur de la documentation, ou du technique ; Algolia, Doofinder, Sensefuel seront plus appropriés pour de la recherche personnalisée)
Pour en savoir plus sur les moteurs de recherche, lire notre article

Afficher un fil d’ariane ou WhereYouAre

Le fil d’Ariane est généralement situé entre le menu principal du site et le contenu. Il prend dans le cas d’une fiche produit, la forme suivante : Page d’accueil > Catégorie parente > Sous catégorie > Fiche produit.
Cet outil est une aide à la navigation pour le client. Il permet également en un coup d’œil, d’identifier le chemin pour arriver au produit souhaité (donc mieux comprendre la logique de classification). De plus, il s’agit d’une bonne pratique e-commerce en termes de référencement naturel puisque le fil d’Ariane utilise des mots-clés stratégiques.
C’est un élément de réassurance supplémentaire pour indiquer au client s’il se trouve au bon endroit.

Une structure globale ludique et fluide de votre site

Un entête du site : Le header se divise généralement en trois partie

  • Un accès marketing, dans lequel on retrouve un push-up promo par exemple pour attirer l’intérêt du client.
  • Le menu principal avec les éléments relatifs à la vente, un accès aux grandes catégories du catalogue.
  • Le menu utilisateur qui contient un accès au panier, au compte client

Le contenu du site :

  • On peut y trouver par exemple un menu vertical pour ranger le catalogue produit ou afficher des liens comme celui des dernières actu, des conseils …
  • On peut aussi y glisser des liens vers des produits ou catégories à fort succès.

Le pied de page du site, le footer :

  • Intégrer un bloc reassurance
    En français “rassurance”, ce contenu rassemble des informations comme le paiement sécurisé, le mode et le délai de livraison, un accès au SAV. Il doit impérativement être présent dans la fiche produit. En général, il figure en en-tête du footer de votre site e-commerce.
  • Donner accès aux autres rubriques/contenus de votre site :
    Le menu en pied page se divise en plusieurs thématiques, réparties dans des colonnes distinctes. Par exemple, une colonne “à propos” (Qui sommes-nous ?…) , une colonne administrative (CGV, FAQ, document téléchargeables), une colonne contact (numéro ou lien vers le formulaire de contact du SAV, lien vers les réseaux sociaux, abonnement newsletter)

Ergonomie des pages catégories de produits

Présentation soignée, épurée et à votre image

Dynamisez les images de votre catalogue produit, utilisez une palette de couleurs qui offrira non seulement une expérience agréable à vos visiteurs mais surtout renforcera votre positionnement.

Utilisation de filtres à facettes optimisés

N’y mettez pas la liste entière de tous vos attributs produits, sélectionner les plus pertinents, ceux qui ont vraiment un sens pour votre client dans ses recherches (ex. prix, couleur), et selon les typologies de produits (ex. couleur est inutile pour de la visserie, en revanche les tailles sont importantes)

Intégration d’un PIM (Product Information Management)

Il s’agit d’un logiciel de gestion d’informations qui vous fera gagner en efficacité sur le processus de production de votre catalogue mais aussi sur la transmission des données sur tous vos canaux numériques.
En d’autres termes, le PIM vous permet de publier un même contenu sur vos différentes plateformes de e-commerce, mais aussi, sur vos autres canaux de diffusion comme les réseaux sociaux (Instagram, Facebook…), et les applications mobiles (push marketing).
En faisant la promotion de vos produits au travers de différentes actions marketing (publicité sur Facebook, code promo pour offre spéciale sur Instagram, offre parrainage …) vous multipliez les chances d’être vu et donc d’attirer de nouveaux clients.

Pertinence des informations des pages produits

Donner les informations clés :

Référence, taille, choix des couleurs, matières, entretien, poids … chaque donnée est essentielle pour convaincre le futur acheteur.

Montrer l’article sous toutes ses coutures :

Rien de plus vendeur qu’un visuel mais l’internaute doit pouvoir zoomer celui-ci et voir l’article sous différents angles.

Soigner le SEO de la fiche produit :

Organiser les contenus hiérarchiquement en utilisant les bonnes balises html.

Ne pas donner accès aux url des fiches produits qui ne figurent plus dans votre catalogue :

Éviter la page 404 en mettant en place des redirections pour les fiches produits inactives.

Maintenir à jour les fiches produits et le catalogue dans son ensemble en tenant compte de la disponibilité :

Rien de plus rageant que de se rendre compte à l’étape de la commande que le produit est indisponible.

Utiliser des sliders de type upsell et cross-sell :

Être force de proposition en suggérant au client des produits similaires d’une gamme supérieure ou des produits complémentaires. Mais attention pas plus de 7 items !
Voire notre article : Focus sur le panier

Conclusion

Le catalogue produits est un élément indispensable d’une boutique online mais il est également une source riche d’informations pour le e-marchand. Analyser celui-ci permettra d’avoir une vue d’ensemble sur les produits à succès (et inversement) pour pouvoir mettre en place des actions marketing et/ou encore commerciales. Pour vous accompagner dans votre projet de site e-commerce, nos équipes sont à votre écoute.

Retour d’expérience
-RRS-

Jean-Luc Autuori I Directeur général RRS

RRS – Rally Racing Sport – est une marque française spécialisée dans les accessoires automobiles pour la compétition. La société conceptualise, développe, fait fabriquer et distribue dans le monde entier, des équipements homologués destinés aux pilotes (combinaisons sur-mesure, gants, bottines …) et aux mécaniciens (assistances, outillages …). En perpétuel recherche & innovation pour apporter le meilleur à ses clients (qualité, confort, sécurité) RSS porte aussi un défi écologique en sélectionnant des sous-traitants et des fabricants éco-responsables et si possible sur les continents où la marque est présente (Europe et Afrique).

Nous pourrions vous conter notre histoire avec RRS (notre rencontre, les premiers projets, les projets à venir …) mais nous avons préféré donner la parole à son directeur, M. Jean-Luc Autuori, pour qu’il puisse vous raconter sa version de l’histoire et SON expérience TBD.

1ère partie

Petit questionnaire de Proust pour mieux vous connaître. Objectif : Répondre spontanément aux points ci-dessous en quelques mots ou une phrase maximum.

  • Votre premier geste le matin en arrivant au bureau Lorsque j’arrive le premier au bureau, allumer l’ordinateur , sinon saluer mes équipes
  • Dans votre journée de travail la tâche la plus agréable Réunion d’organisation afin de partager la vision de l’entreprise avec tous et s’assurer que chaque collaborateur adhère à celle-ci. Cela permet également de vérifier qu’il n’y ait pas de quiproquo pour partir du bon pied !
  • Et la tâche la plus désagréable De façon générale : le rangement
  • La qualité que vous recherchez chez les autres L’écoute
  • Votre pire angoisse professionnelle Le Covid-19
  • Votre meilleur souvenir professionnel Le premier d’une longue série, reste le lancement d’une marque concurrente à RRS et son développement à l’international.
  • Qu’avez-vous fait avec votre tout premier salaire J’ai loué mon premier appartement à Aubagne.
  • Votre occupation, hobby préféré J’adore la musique, toute influence confondue & le sport (jogging essentiellement).
  • L’autre métier que vous auriez aimé exercer Médecin pour pouvoir soigner les maux des autres.
  • Un inventeur, un scientifique ou une personne connue pour illustrer un nouveau billet de banque Pierre-Gilles de Gennes, grand physicien français qui a reçu le prix Nobel de physique en 1991 pour ses travaux sur les cristaux liquides et les polymères ( je suis un scientifique de formation…).
  • Quelle est la technologie qui vous passionne Les nanotechnologies I l’IA embarquée
  • Votre devise ? Ne rêve pas ta vie mais vis tes rêves.
« TBD Group a un vrai rôle de conseil, d’expertise. J’irais même dire de coaching pour nous permettre de performer. » Jean-Luc Autuori

2ème partie

Questions sur votre activité et votre collaboration avec TBD Group. Objectif : Pas de limites de mots : vous pouvez tout nous dire 🙂 Le but étant de pouvoir connaître et évaluer votre niveau de satisfaction que ce soit dans la solution apportée, que dans les échanges relationnels.

1- Le contexte

  • Décrivez-nous votre activité en quelques lignes. Directeur associé de RRS, notre société conceptualise, développe, fait fabriquer et distribue des équipements destinés à la course automobile, à l’attention des pilotes et des mécanos.
  • Quels sont les défis à relever aujourd’hui dans votre activité ? Les défis sont nombreux ! Tout d’abord l’innovation technique pour apporter à nos clients le meilleur aussi bien dans les matières choisies, qu’au niveau du confort ou encore de la sécurité en anticipant les nouvelles normes de sécurité dans ce domaine. Le défi écologique également en sélectionnant des sous-traitants et des fabricants éco-responsables et si possible made in France I Europe ou Afrique (où nous sommes présents), pour réduire au maximum, notre empreinte carbone question transport.
  • Comment la solution TBD Group vous aide-t-elle à relever ces défis ? Tout simplement en digitalisant notre offre en toute sécurité et avec des solutions fiables. Mais au-delà des prestations apportées dans le développement de notre site e-commerce, il y a un vrai rôle de conseil, d’expertise. J’irais même dire de coaching pour nous permettre de performer.

2- La collaboration RRS – TBD Group

  • Quel a été l’élément déclencheur qui a permis notre collaboration ? Nous avons été mis en relation par une connaissance commune. Après nos premiers échanges c’était parti pour l’aventure !
  • Aviez-vous des craintes avant la mise en place de la solution et étaient-elles fondées ? Aucune crainte ! Dès le début il y a eu une vraie écoute de nos besoins puis très vite leur expertise et la connaissance du métier ont confirmé notre choix.
  • Avez-vous apprécié la relation commerciale au moment de la phase de choix ? Oui ! Il y a toujours de la transparence dans nos échanges avec des négociations possibles pour trouver LA solution gagnante-gagnante.
  • Un mot, adjectif ou verbe pour décrire la qualité de notre prestation FIABLE

3- Les bénéfices

  • Et aujourd’hui comment ça se passe ? Cela fait 2 ans que nous travaillons avec TBD et nous pouvons dire que les objectifs fixés il y a deux ans ont été atteints. Notre site est à notre image ! Il est efficace (génère du CA), facile à suivre et surtout à maintenir de façon autonome.
  • Quel est votre état d’esprit à l’instant présent ? L’impact de la crise sanitaire, dans notre secteur d’activité est terrible. Toutefois nous essayons d’utiliser cette période pour prendre de la hauteur bien que le manque de visibilité soit un handicap de taille. Nos échanges avec TBD nous permettent d’enrichir notre vision des choses pour anticiper ou encore trouver des opportunités business.
  • Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans la solution ? Elle fonctionne ! Et c’est tellement appréciable et reposant de ne pas avoir ce stress d’un site e-commerce qui ne transforme pas. La solution customisable offre un large éventail de possibilités qui permet d’évoluer dans le temps.
  • Qu’est-ce qui vous plaît le moins ? Que voudriez-vous voir comme amélioration ? Dans ce contexte inédit qu’est le Covid-19, il serait bien d’avoir un peu plus de souplesse dans les contrats de maintenance. Il est difficile de se projeter sur 6 mois ou un an.
  • Que feriez-vous si on vous enlevait cette solution ? Il nous faudrait trouver une solution de repli et vite ! Travailler sans être accompagné d’experts e-commerce précipiterait la chute du business voir de l’entreprise.
  • Et si vous deviez résumer notre collaboration en quelques mots… Le premier mot qui me vient c’est Humaine. Au-delà de la relation purement professionnelle, nous avons des vrais échanges philosophiques ce qui nous permet de repenser notre façon de travailler. L’objectivité doublée de l’expertise de l’équipe de TBD, nous donne la possibilité de benchmarker afin de nous challenger en permanence. TBD est partie prenante des décisions : leurs retours sont importants.
  • Nombre d’étoile pour connaître votre niveau de satisfaction : ⭐⭐⭐⭐ pour avoir une marge de progression (une étoile étant la note minimale, cinq étoiles la note maximale)
  • Recommanderiez-vous TBD Group à vos relations professionnelles ? Oui bien sûr !

Focus sur le panier

Le panier est une page récapitulative qui permet à l’utilisateur d’avoir une vision d’ensemble des articles qu’il a préalablement sélectionnés. En un clin d’œil, il peut connaître le montant total de ses futurs achats, faire le tri, modifier les quantités de chacun des articles listés.

Premier pas dans le checkout
Cette étape est indispensable au processus de commande, et c’est par ce biais qu’un client va entrer dans le tunnel d’achat. Il convient donc de penser sa mise en forme dans les moindres détails.

Comment rendre l’expérience utilisateur agréable ? Quelles sont les fonctionnalités indispensables qu’il souhaite retrouver dans son panier ? Comment le rendre plus efficace ? Quels sont les pièges à éviter ?
Nous allons y répondre dès maintenant.

1- Fonctionnalités attendues

Confort utilisateur

Une page panier efficace met à l’aise l’utilisateur, et malgré son abondance d’informations, sa lecture est fluide. Les différents contenus et fonctionnalités sont facilement identifiables, et adaptés aux différents supports de diffusion (ordinateur, mobile, tablette).

Le bouton d’achat, celui qui permet d’entrer dans le tunnel ou/et de passer à l’étape suivante est toujours visible. L’idée étant de minimiser le temps passer entre le panier et le tunnel de vente

Cette page ne contient aucune erreur, d’affichage ou de technique, au risque de faire fuir l’utilisateur.

Informations liées aux articles

L’utilisateur souhaite dans un premier temps connaître le montant total de son panier, celui de chaque article, celui des frais de livraison et également celui des remises.
Vient ensuite la possibilité de modifier la quantité de chaque article ou même de le supprimer.

Il est intéressant de préciser dès maintenant si certains articles possèdent des règles de livraison particulières. Par exemple, si leurs coûts sont compris ou non dans une offre groupée avec montant minimum d’achats.

Ce n’est pas toujours le cas, mais de manière générale le clic sur le titre de l’article permet de retourner sur sa page. Cela constitue une porte de sortie du panier, qui toutefois renforce ce sentiment de confort que l’on souhaite donner à l’utilisateur.

2- Fonctionnalités supplémentaires

Toujours dans cette idée de créer une situation confortable et donc propice aux achats, il convient d’étendre les fonctionnalités de base en proposant dès maintenant des alternatives aux utilisateurs.

Code de réduction

Ce champ est indispensable si vous faites des opérations commerciales, il est toutefois conseillé de ne pas trop le mettre en avant, au risque de frustrer les utilisateurs qui ne disposent pas de code. L’utilisation d’un bloc de type “collapse”, c’est-à-dire un élément qui va pouvoir être caché / affiché lors d’un clic sur un autre élément, est donc préconisé.

Pour offrir

L’utilisateur peut souhaiter faire un achat pour une tierce personne. Ce qui implique l’ajout d’un message personnalisé, la possibilité de sélectionner un emballage, de dissimuler le prix au destinataire et d’en choisir un lieu de livraison différent du sien.
Cette option, souvent accessible dans le tunnel d’achat, est un réel argument de vente et trouve pleinement sa place dans un panier.

Abonnement

Les produits du quotidien offrent une belle perspective de fidélisation d’une clientèle.
Cette fonctionnalité permet à l’utilisateur de mettre en place des commandes automatisées, en tenant compte de la durée et de la fréquence. Il est envisageable de mettre en place des offres promotionnelles pour favoriser son utilisation.
Par exemple, la boutique en ligne de Croquetteland disposait de cette fonctionnalité. Cela constituait un levier d’achats, et on peut facilement imaginer les avantages que cela fournissait à une part de sa clientèle.

Click and collect

Cette option se démocratise en particulier chez/dans les enseignes qui comptent plusieurs boutiques physiques. Le principe est d’offrir à l’utilisateur la possibilité de réserver un article depuis la boutique en ligne, et de se rendre dans l’une des boutiques physiques pour le récupérer.
L’un des avantages est aussi d’amener le client dans un magasin physique, et de saisir cette opportunité puis lui faire faire d’autres achats lors de la récupération de sa commande. Combien de fois nous sommes-nous rendus dans un supermarché avec une liste bien précise, et d’en être sorti avec des achats supplémentaires ?

Par exemple, la boutique en ligne Beautysuccess permet à ses utilisateurs de constituer un panier et de venir le réceptionner dans une boutique choisie.
Dans un autre exemple, Cdiscount permet à ses utilisateurs de retirer et de payer des articles directement dans des points relais.

Sauvegarde

L’idée est d’envisager que l’utilisateur ne finalise pas sa commande dans l’instant T, et de lui permettre de conserver le contenu de son panier pour un futur achat.

Deux types de sauvegardes sont envisageables pour préparer sa prochaine visite :

  • La première est automatique : elle conserve l’intégralité du panier de l’utilisateur de manière à lui présenter telle quelle à sa prochaine visite.
  • La seconde est manuelle : elle est déclenchée par l’utilisateur. Sur le même principe que l’ajout d’un article à la wishlist (liste accessible depuis le compte de l’utilisateur connecté), un article du panier peut être transféré dans une liste située sur la page panier.

Par exemple, chez Amazon, il est possible de “mettre de côté” un ou plusieurs articles du panier en les basculant dans un second bloc situé plus bas dans la page à l’aide d’un bouton du même nom.

3- Fonctionnalités complémentaires

En plus des fonctionnalités, il est possible de stimuler la motivation de l’utilisateur en ajoutant des informations susceptibles de l’intéresser. Il peut s’agir par exemple de contenus informatifs ou bien de nouveaux articles liés à ceux présents dans son panier actuel.

Cross-sell et non Up-sell

Quoi de mieux que la page panier pour présenter du contenu en lien avec celui sélectionné par l’utilisateur ?

Pour mémoire, le Cross-sell propose des articles complémentaires au premier, alors que le Up-sell en propose une alternative.

Il convient donc de faire usage d’un contenu de type Cross-sell, avec si possible un bouton “achat express” qui ajoute directement l’article dans la liste d’achats sans avoir à visiter la fiche produit au préalable.

Cadeaux / Promotions

Le principe est d’imaginer la mise en place de règles d’achats par lot(s), ou la définition de différents paliers liés au montant total d’achats, qui une fois atteints déclencherait une offre. Cela peut prendre la forme d’un cadeau ou des réductions personnalisées en se basant sur les articles sélectionnés et/ou appréciés par l’utilisateur.

Panier vide

Une page panier vide peut-être visitée par son utilisateur, et il convient de combler les espaces avec :
Un message qui montre à l’utilisateur que cette page n’est pas perdue (buggé car vide). Par exemple, La Fnac met le message “Votre panier est tristement vide”.
Des suggestions, en affichant les catégories les plus visitées du site.

Il est tout de même nécessaire de tenir compte du nombre de visites effectuées par l’utilisateur pour définir les contenus à afficher. S’il ne s’agit pas de sa première visite, il est intéressant de les rendre le moins communs possible.

Réassurance

Il s’agit d’un bloc informatif, qui est là pour renforcer la confiance de l’utilisateur. Il rassemble des informations sur :

  • Le paiement : Les différentes méthodes, sécurisées, différées, à échéances.
  • Les méthodes de livraison : Les délais, les réseaux.
  • Les modalités de retour.
  • Les services clientèles : Email de contact, un lien vers la FAQ.

4- Les erreurs à ne pas commettre

La confiance étant primordiale pour donner envie à l’utilisateur d’atteindre la fin du processus d’achat, les erreurs d’une page panier résident dans toutes les informations qui seraient susceptibles de le mettre mal à l’aise .

Des erreurs techniques et d’ergonomie

Des fonctionnalités qui ne fonctionnent pas, des messages d’erreurs, une ergonomie inadaptée… ces éléments constituent une source d’inquiétude sur le sérieux du site, sur la sécurité des données personnelles ou des transactions financières.

Des coûts additionnels non prévus

Des frais de livraison ou divers (douaniers par exemple) découverts tardivement dans le processus et jugés trop élevés.

Des moyens de paiements inadaptés

Transactions bancaires, chèques, paiements en boutique, Google Pay, Paypal, les solutions sont multiples.

L’obligation de s’enregistrer sur le site pour continuer la commande

Tout est dans le titre. Il vaut mieux éviter cette restriction lors du passage de la page panier vers le tunnel de vente. Une alternative est d’attendre que le paiement soit finalisé avant de proposer à l’utilisateur d’être enregistré, uniquement si il le souhaite.

Conclusion

Tirer des enseignements des statistiques recueillies en se basant sur le taux de sortie, le taux de passage à l’étape suivante et celui des achats aboutis, veiller à ce que les achats soient aboutis, et prévoir les prochaines visites.
Rassurer le client
Comme précisé plus haut, il est important de concevoir une interface qui répond pleinement aux besoins en utilisabilité de chaque utilisateur pour lui fournir la meilleure expérience possible.

Cela peut se résumer en quelques points :
Le design cohérent d’une interface accessible sur tous les supports (mobile, ordinateur, tablette)
La possibilité d’interagir avec les articles (modifier la quantité ou le supprimer).
Des contenus qui mettent l’utilisateur en confiance.
Faire en sorte que le bouton de validation soit toujours visible.
De la fluidité entre chaque étape.

La panier d’un utilisateur constitue une source d’informations non négligeables, car connaître ses envies permet de mettre en place des stratégies marketing.

© Made with ♥ en Provence.